En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de navigation et pour faciliter le partage d'information sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus,
J'accepte

Agenda

  • 3 décembre 2020

    Lancement de la plateforme Behind The Museum !

    Nos collègues de MSW inaugurent officiellement ce 3 décembre à 17h30 la plate-forme dédiée au projet Behind The Museum !

    Behind The Museum s’engage à rendre accessibles des espaces inconnus du public, des expositions passées mais aussi des salles condamnées à disparaitre. L’objectif ? Sauvegarder des traces de notre patrimoine via la numérisation d’institutions de toute taille, de toute localisation et aux collections diverses et variées. Behind The Museum s’inscrit comme une vitrine internationale d’institutions muséales aux moyens financiers et humains insuffisants.
     

    Vous souhaitez en savoir plus sur cette initiative ? Inscrivez-vous dés à prèsent pour participer à leur grand lancement en ligne via ce lien !

  • 23 novembre 2020

    L'AMIANTE AU MUSEE - Museum Best Practices

    CONFERENCE ANNULEE ET REPORTEE

  • Du 22 octobre 2020 au 25 avril 2021

    Art et marges musée, Rue Haute 314, Bruxelles

    Embrasez-vous !

    Le Art et marges musée fête ses 10 ans, l’occasion de vous présenter sa collection sous un jour nouveau ! Constituée le long des routes caillouteuses et des sentiers moins fréquentés de l’art, celle-ci regorge de pépites d’art brut et outsider. Le musée a ouvert ses portes à une dizaine d'artistes-complices. Fascinés par des artistes de la collection, ils ont investi les lieux. Ils propagent leurs éblouissements à travers des installations, des performances, des créations sonores, littéraires et culinaires. Braises incandescentes, lumineuses et mystérieuses, chaque point de vue posé sur la collection offre un nouvel éclairage, une porte ouverte à l’embrasement. Le résultat est un gâteau flamboyant à partager et à dévorer sans mesure.

    4€

  • Du 22 octobre 2020 au

    Boutique Art et marges musée, Rue Haute 314, 1000 Bruxelles

    Art et marges musée

    A l’occasion de l’anniversaire des 10 ans du musée, les éditions CFC publient l’ouvrage Art et Marges musée qui met en lumière la collection du musée et ses artistes. Il réunit quelque deux cents ?"uvres d’art brut et outsider issues de la collection qui en compte au total plus de 4000. Des créations singulières conçues par des artistes autodidactes au mode d’expression unique et à l’inventivité foisonnante contextualisées par celles et ceux qui ont fait et font le Art et marges musée. A travers un va-et-vient entre textes théoriques, entretiens, témoignages et anecdotes… laissez vous conter le Art et marges musée.

    30€

  • 12 octobre 2020

    Visite professionnelle "Le Phare", pôle culturel et muséal d'Andenne

    Le Phare, pôle culturel et touristique à Andenne soutenu par le FEDER et la Wallonie, devait être inauguré fin mars dernier, mais Sars-Cov 2 oblige tout à été remis à plus tard, et surtout sans festivités pour accompagner un tel évènement. L’EMA (Espace muséal d’Andenne) consacré aux riches collections du Musée de la céramique et aux découvertes du Centre archéologique de Scladina a donc ouvert discrètement le 15 juillet. C'est cet espace muséal que nous vous proposons de découvrir.

    Programme

    - 13h00 Accueil  des membres (petit mot de bienvenu)

    - 13h30 à 15h00 : Visite guidée des expositions permanentes (3 étages)  de l’Espace muséal d’Andenne par le Service de Médiation culturelle

    - 15h00 à 15h30 : Visite libre de l’exposition temporaire «  Dans ces eaux-là » de Etienne Fleury, Caroline Andrin et Clémentine Vaultier (céramique contemporaine)

    - 15h30 à 17h00 : Discussion autour de la présentation du projet avec Dominique Bonjean (Directeur du Centre archéologique andennais), Benjamin Costantini (Echevin de la Culture d’Andenne), Mélanie Cornelis (Directrice-Conservatrice du Musée de la céramique d’Andenne) et Thomas Kempeneers (Directeur du Phare) :  réhabilitation du bâtiment, inscription dans le projet Ville d'Andenne, choix scénographique, la conservation, la diffusion du patrimoine, l’inscription de l’Espace muséal d’Andenne comme musée de territoire, etc.

    Adresse:

    promenade des Ours 37 / 5300 Andenne

    Accès voiture & stationnement: parking souterrain vie la rue Frère-Orban ou la rue Brun: les deux premières heures sont gratuites.

    Cette visite est réservée aux membres ICOM et à leur conjoint. Elle est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

    !! COVID-19: Comme pour toute visite de musée le masque est obligatoire et les distances physiques devront être respectées. Gel désinfectant à disposition au musée.

    S'inscrire

  • 9 octobre 2020

    Musée Juif de Belgique - 21 rue des Minimes - Bruxelles

    Conférence BeMuseum

    The conference of the innovation-focused network for museum professionals in Belgium is back !

    THEMES


    PANEL 1. FUNDING & THE NEW NORMAL IN MUSEUMS moderated by Sergio SERVELLON (ICOM VL).


    PANEL 2. "MUSEUMS & ACTIVISM: Neutrality questionned" moderated by Gladys VERCAMMEN-GRANDJEAN (Brussels Museums).  


    Details of each panel and speaker will shortly be announced. Stay tuned!

     

    PRACTICAL

    1pm à 6pm
    + Networking Party in the Museum's Courtyard till 9 pm.

    Cost: to be announced.

     

  • 18 septembre 2020

    Fondation CIVA - 55, rue de l'Hermitage - 1050 Bruxelles

    Secrets d'ateliers : ornements Art Nouveau

    Colloque international sur l'ornement entre 1860 et 1920 en écho à l'exposition qui se tient actuellement au Musée Horta

     

     

    I. Création de l’ornement à l’époque Art nouveau

    09 h 00 – François Loyer, historien de l’art : L’ornement chez Paul Hankar
    09 h 30 - Françoise Aubry, historienne de l’art, ancienne conservatrice du Musée Horta : Victor Horta et
    l’ornement

    10 h - Pierre-Marie Agin, artiste : Être ornemaniste au XXIème siècle
    10 h 30 - Questions / réponses
    10 h 45 - Pause

    II. L’ornement Art nouveau en Europe

    11 h - Jan de Bruijn, historien de l’art, conservateur du département des arts appliqués et du design au Kunstmuseum Den Haag : Partagé entre mode, rationalisme et une supposée identité nationale. Différentes approches de l’ornement dans l’Art nouveau néerlandais.
    11 h 30 - Rainald Franz, historien de l’art, conservateur du département verre et céramique au Museum für angewandte Kunst de Vienne : L’ornement Art nouveau en Autriche. De l’esthétisation de l’histoire à l’esthétisation de la vie, entre la nouvelle forme et l’ornement comme crime. Sources, concepts et solutions dans l’oeuvre de Josef Hoffmann et Adolf Loos.
    12 h - François Xavier Richard, atelier de restauration D’offard : Restaurer ou reproduire les papiers peints Art nouveau
    12 h 30 - Questions/réponses
    12 h 45 - Déjeuner

    III. L’ornement au XIXème siècle, un renouveau théorique

    14 h - Estelle Thibaut, historienne de l’art, maître de conférence et chercheuse : Théories spatiales de
    l’ornement au 19e siècle

    14 h 30 - Priska Schmu?ckle von Minckwitz, historienne de l’art : Henry van de Velde et l’ornement
    15 h - Marc Van Hoe, collectionneur et designer de textiles: L’architecture de l’ornement tissé
    15 h 30 - Paul Greenhalgh, historien de l’art, directeur du Sainsbury Centre : Conclusions
    16 h 15 - Question / réponses
    17 h 00 - réception et visite de l’exposition du musée Horta.

     

    Prix: 10€ (à payer à l'entrée)

    Inscriptions obligatoires: info@hortamuseum.be

     

    Colloque en français, anglais et néerlandais.

    Réunion conforme aux mesures sanitaires en vigueur.

  • Du 26 mai 2020 au 3 janvier 2021

    Musée Gaspar Arlon

    Ad maiorem Dei gloriam ! Les jésuites à Arlon (1855-2001)

    L’exposition temporaire présente du matériel liturgique ancien, des bannières, des documents d’archives, des photos et des témoignages, qui permettront de retracer l’histoire de la Compagnie de Jésus à Arlon, ainsi que son engagement social pendant près de 150 ans.

    Lors d’un voyage à Saint-Mard en 1855, le Père Provincial de la Compagnie de Jésus est frappé par la salubrité de la province de Luxembourg, et décide de fonder à Arlon une maison de formation pour les futurs novices. De l’installation des premiers novices l’année suivante, jusqu’à l’inauguration de la majestueuse église du Sacré-Cœur en 1898, l’implantation des jésuites dans le chef-lieu connut différentes étapes, retracées dans l’exposition.

    Outre la fonction de formation des novices, la Maison Saint François-Xavier d’Arlon a joué un rôle social important non seulement pour la ville, mais également pour les campagnes environnantes. De nombreuses congrégations furent créées, ciblant différents types de publics pour des retraites. Mais ils créèrent également le club de football de l’Union Saint-Georges, proposèrent de nombreuses conférences scientifiques et religieuses, s’impliquèrent dans l’assistance aux pauvres par des collectes personnelles, ouvrirent une bibliothèque publique, instaurèrent un pèlerinage à Notre-Dame de Clairefontaine où ils installèrent leur maison de campagne, etc. Les grandes figures jésuites associées à l’histoire de la Maison Saint François-Xavier d’Arlon sont nombreuses : le Père Henri Goffinet, le Père Camille Joset ou le Père Théophile Hénusse.

    L’exposition présente du matériel liturgique ancien, des bannières, des documents d’archives, des photos et des témoignages, qui permettront de retracer l’histoire de la Compagnie de Jésus à Arlon, ainsi que son engagement social pendant près de 150 ans.

     

    L'exposition se visite librement avec une tablette.

    Aucune animations ni visite guidée jusqu'à nouvel ordre

    Se référer au site internet pour les modalités spécifiques "sars-cov2" de visite.

    Entrée: 4€

  • Du 1 avril 2020 au 2 avril 2020

    Cité des sciences et de l’industrie, Paris

    Rencontres Nationales Culture & Innovations(s)

    Le Club Innovation & Culture, CLIC France réunit les musées, lieux de patrimoine et lieux de culture scientifique français sensibilisés aux problématiques des nouvelles technologies numériques et de leurs usages. Les RNIC 2020 ont pour thème la Francophonie.

    PROGRAMME JOURNEE PLENIERE 1ER AVRIL 2020  

    Lieu: Cité des sciences et de l’Industrie

    9.30  Ouverture de la journée avec mot d’accueil d’Universcience

    9.45  Cahier des tendances 2020 du CLIC France

    10.00 – 10.15 Point de vue « Le numérique, un catalyseur pour nos musées et leur innovation organisationnelle? Le cas du Musée de la civilisation » par Ana-Laura Baz, , Directrice de l’engagement numérique, Musée de la civilisation, Ville de Quebec

    10.30 – 11.45 Table-ronde: « Comment améliorer la coopération en matière d’innovation entre les institutions francophones ? »

    Avec Philippe Guillet, Directeur, Muséum de Nantes, Carol Pauzé, Directrice du Musée de l’ingéniosité J-A Bombardier, Valcourt, Québec

    11.45 – 12.30 Dialogue: « Une meilleure inclusion passe-t-elle nécessairement par le numérique ? »

    Avec Charlène Bélanger, Responsable – Recherche, innovation et médiation numérique, Musée des beaux-arts de Montréal, Montréal et le représentant d’un musée français

    Durant le déjeuner buffet, une douzaine de démos innovantes pourront être testées. 

    14.40  Remise des prix Culture & Innovation(s) 2020

    15.00 – 16.15 Table-ronde: « Les nouvelles expériences culturelles favorisent elles le développement touristique ? » 

    16.15 – 17.30 Table-ronde: « L’immersion est elle l’avenir des expositions ? »

    Avec Ana-Laura Baz, Musée de la civilisation

    PROGRAMME JOURNEE ATELIERS 2 AVRIL 2020

    Lieu: communiqué prochainement

    2 ateliers et une rencontre seront proposés dans un autre lieu culturel de Paris :

    . 9.45 Atelier: Outils numériques, activités dédiées, partenariats … comment attirer les ados, étudiants et jeunes adultes dans les musées, centres de sciences et monuments ?

    Avec Charlène Bélanger, Musée des beaux-arts de Montréal

    . 12.00 Rencontre sur le thème « art et intelligence artificielle »

    . 14.30 Atelier: Hors les murs : retours sur des expériences originales. 

    MODALITES D’INSCRIPTIONS:

    les membres ICOM Belgique Wallonie-Bruxelles bénéficient d'un tarif préférentiel de 120€ au lieu de 150€.

    Merci d'utiliser ce formulaire spécifique d'inscription et le renvoyer à : rnci2018@club-innovation-culture.fr

  • Du 16 mars 2020 au

    Artothèque - Mons

    Reg'arts, de la page à l'écran

    Journée professionnelle organisée dans le cadre de la Biennale du livre d'art pour enfants de Mons

    gratuit

  • 13 mars 2020

    Musée L à Louvain-la-Neuve

    Assemblée générale annuelle

    Le Conseil d'Administration d'ICOM Belgique Wallonie/Bruxelles a le plaisir de convier ses membres à son assemblée générale annuelle

    Cette année, afin d'éviter de multiplier les assemblées générales pour leurs membres dont certains sont affilié aux deux associations, ICOM-BWB et MSW ont décidé d'organiser leur AG respective le même jour et au même endroit, l'une après l'autre.

    Si vous participez aux deux assemblées générales (MSW et ICOM) inscrivez- vous au repas d’une seule des deux structures !

     

     

    Programme

    9h30 Accueil
    10h00 – 11h00 Visite des nouvelles réserves du Musée L pour les membres ICOM/ AG MSW
    11h00 - 13h00 AG ICOM Belgique Wallonie-Bruxelles / Visite des nouvelles réserves du Musée L pour les membres MSW
    13h00 - 14h30 lunch sur place (PAF 20€, les boissons et pauses café sont prises en charge par l'ICOM-BWB)
    14h30 - 15h00 Présentation de la SticJam (outils de médiation conçus par les étudiants de l'école de communication de l'UCL) par le Prof. Thibault Philipette, et de quelques réalisations d'étudiant.e.s
    15h00- Visite libre du Musée L.

     

    Ordre du jour de l’assemblée générale annuelle 2020

    1.   Communication des divers
    2.   Approbation de l'OJ
    3.   Approbation du PV de l’AG du 1 avril 2019 tenue au Musée de la Vie Wallonne (Liège)
    4.   Activités 2019 : rapport du président
    5.   Comptes 2019
      a.    rapport de la trésorière
      b.    rapport du vérificateur aux comptes,
    6.   Approbation par l’AG du rapport d’activité et des comptes 2019. Décharge aux administrateurs et au vérificateur aux comptes
    7.   Budget 2020. Présentation de la trésorière
    8.   Projets 2020. Présentation par le président
    9.   Modification des catégories de membres :
      a.    suppression catégorie jeune
      b.    institutions fédérales
      c.    membres associés
    10.   Election au CA de l'ICOM Belgique Wallonie/Bruxelles (4 postes) 2020-2023: présentation des candidatures et élections
    11.   Divers

     

    RAPPEL : Seuls les membres en ordre de cotisation peuvent prendre part à l'AG, voter et sont éligibles.

     

    Repas

    Participation aux frais:
    20 euros sur le compte BE10 3100 0153 4104 de ICOM- Belgique Wallonie/Bruxelles pour le 9 mars 2020, avec la communication « NOM + AG ICOM 2020». L’inscription au repas et pour les visites doit se faire pour le lundi 9 mars au plus tard.

    Attention: passé cette date du 9 mars  nous ne pourrons plus rembourser la PAF (la commande au traiteur aura été passée).

    Rappel: Si vous participez aux deux assemblées générales (MSW et ICOM) inscrivez- vous au repas d’une seule des deux structures !

    Lors de votre inscription, merci de mentionner votre présence ou non au repas, ainsi qu'aux 2 visites/activités.

    S'inscrire

  • 24 janvier 2020

    Bruxelles - Académie Royale

    Le Rapport Savoy-Sarr, un modèle pour la Belgique ?

    Journée d’étude sur la question de la restitution des biens culturels

    L’appropriation illicite, la spoliation, le pillage de biens culturels par des forces ennemies, des puissances occupantes ou, tout simplement, du fait d’autorités imposées, remontent aux fondements mêmes de l’histoire de l’Humanité.Les colonisations, singulièrement européennes au cours des XIXe et XXe siècles, n’ont pas échappé à ce phénomène.

    Les guerres coloniales, puis l’occupation et l’administration des territoires colonisés, ont conduit les puissances étrangères à sévèrement « puiser » dans le patrimoine culturel et religieux des peuples et civilisations soumis à leur autorité. Jusqu’à en constituer d’illustres collections et remplir leurs plus prestigieux musées.

    Opportunément, la période de la décolonisation, correspondant à une affirmation politique forte, a aussi permis l’expression de revendications légitimes portant sur la restitution des biens culturels à leurs pays d’origine.

    La question de la restitution, et non plus du seul retour, apparaît ainsi comme un enjeu crucial dans la question plus vaste des réparations en visant le « versement intégral d’indemnités sous la forme de transfert de capitaux et d’annulation de la dette, le retour des biens spoliés et des trésors traditionnels ».

    Ce n’est toutefois que très récemment qu’une attention semble avoir enfin été réservée à ces demandes. Ainsi, le Président français Emmanuel Macron, lors d’un discours prononcé en novembre 2017 à l’Université Ouagadougou, devenu aujourd’hui une sorte de référence, a formellement exprimé la volonté « que d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique ».

    Depuis la parution du Rapport de Felwine Sarr et Bénédicte Savoy « Restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle », plusieurs articles et publications ont vu le jour sur le sujet. Quelles sont les questions soulevées par ces revendications aux niveaux juridique, éthique et de la conservation ? Quelles réponses peuvent / doivent être apportées ? Quels sont les critères invoqués par les revendicateurs ? Comment distinguer les biens spoliés au cours de la colonisation, ceux légalement acquis au cours de cette dernière ou issus d’elle et quels liens liaient les ‘acquéreurs’ aux détenteurs/façonneurs de ces biens et de leur communauté ?

    Les questions sont nombreuses et débattues au sein de multiples instances tant internationales, telles que l’UNESCO ou le Conseil international des musées (ICOM), que nationales avec des publications de normes à ce sujet en Allemagne et aux Pays-Bas.

    Le but de cette journée d’étude initiée par la Commission belge francophone et germanophone pour l’UNESCO et l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, en partenariat avec ICOM-Belgique Wallonie-Bruxelles, est d’analyser les enseignements à tirer au niveau belge du Rapport Savoy – Sarr, son degré d’applicabilité et de transposition potentielle, et de faire écho aux préoccupations des différentes entités belges concernées tout en donnant plus de rationalité à un sujet par trop passionnel.

    Une large part sera consacrée à la présentation par Mme Bénédicte Savoy de son rapport co-écrit avec Mr Felwine Sarr. Quelle fut leur approche méthodologique et quelles conclusions en tirent-ils depuis la parution du rapport ? Comment bâtir sur cette base un véritable dialogue pour l’avenir ?

    Après l’intervention de Mme Savoy, la parole sera ensuite donnée à un panel d’orateurs qui aborderont tour à tour les volets muséal et juridique de la question, sans oublier, bien sûr, la position de l’UNESCO.

    Programme

    9h.30 : Accueil des participant-e-s.

    10h.: Mots de bienvenue :

    Mr Didier Viviers, Secrétaire perpétuel de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique ;

    Mr Philippe Busquin, Président de la Commission belge francophone et germanophone pour l’UNESCO ;

    Mr Alexandre Chevalier, Vice-président d’ICOM-Belgique.

    10h.30 : Mr Lazare Eloundou Assomo, Directeur adjoint de la Division du Patrimoine de l'UNESCO : « Le rôle de l'UNESCO et de son Comité intergouvernemental pour la promotion du retour des biens culturels à leur pays d'origine ou de leur restitution en cas d'appropriation illégale ». 

    11h.: Mme Bénédicte Savoy, Professeure d'histoire de l'art à l'Université technique de Berlin, Professeure invitée au Collège de France, et auteure du Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle (co-écrit avec Monsieur Felwine Sarr) : « Le Rapport Sarr/Savoy, un an après ».

    11h.30 : Mme Katrijn D'hamers, Adviseur participatie/diversiteit à FARO (Vlaams steunpunt voor cultureel erfgoed) : « Working on restitution in Flanders, a story of cooperation » (en anglais).

    12h. : Débat.

    12h.30 : Repas.

    13h.30 : Mme Marie-Sophie de Clippele, Chargée de cours à l'USL-B, aspirante FNRS en droit du patrimoine culturel à l'USL-B et à l'ENS Paris-Saclay : « La restitution des biens culturels et le droit belge : chassé-croisé ou avancée ? » ;

    14h. : Mme. Yasmina Zian, Chercheuse Restitution des patrimoines culturels, Académie royale de Belgique : « De quoi la restitution est-elle le nom ? Le cas belge à l’aune du Rapport Sarr-Savoy ».

    14h.30 : Mr Yves-Bernard Debie, Avocat spécialisé en droit du marché de l’art et des biens culturels : « « Les restitutions », une question mal posée, des réponses inadéquates ».

    15h. : Débat.

    15h.30.: Pause détente.

    15h.45 : Mr François Poncelet, Conservateur du Musée africain de Namur : « Être un musée africain, en Belgique, aujourd'hui : quel sens ? ».

    16h.15 : Mr Guido Gryseels, Directeur général de l’Africa Museum : « Le Musée Royal de l’Afrique Centrale et la problématique de la restitution : dialogue et collaboration ».

    16h.45 : Débat.

    17h.15 : Mr Pierre de Maret, pro-recteur de l’Université Libre de Bruxelles : Conclusions et perspectives pour la Belgique.

    17h.30 : Clôture des travaux.

     

    L'inscription est gratuite mais indispensable. Pour vous inscrire c'est ICI
     

  • 20 janvier 2020

    Musée M, Louvain/Leuven

    Visite professionnelle Borman et Fils

    Une visite inédite de l'exposition sur la famille des sculpteurs Borman qui couronne 15 ans de recherches scientifiques

    Borman : si ce nom ne vous dit rien, pas de panique car on sait étonnamment peu de choses à propos de cette famille d’artistes. Nous savons qu’au moins six membres de la dynastie, répartis sur quatre générations, ont travaillé comme sculpteurs sur bois. Le plus renommé d’entre eux était Jan II Borman, un artiste qui s’est inscrit dans la lignée du langage formel de Primitifs flamands tels que Dirk Bouts, a été un précurseur de Bruegel et a laissé une œuvre qui peut être qualifiée d’aussi virtuose et influente que celle de son contemporain Jérôme Bosch. 

    Le musée M présente « Borman et Fils », la toute première exposition retraçant la vie et l’œuvre de ce maître-sculpteur sur bois et de sa famille.

    Il s'agit de la dernière opportunité pour visiter cette exposition qui se termine le 26 janvier.

     

    Programme

    9h30 Accueil

    10h00 Présentation de l'exposition et de sa médiation par la commissaire Marjan Debaene et la responsable médiation Sofie Vermeiren (également délégue CECA pour la Belgique)

    10h30 Visite de l'exposition

    12h30 Lunch

     

    Il n'est plus possible de s'inscrire pour cette activité.

  • 15 janvier 2020

    AfricaMuseum - Tervuren

    Convention ICOM Belgique

    La réunion annuelle des 2 sections de l'ICOM Belgique

    La convention annuelle de l'ICOM Belgique se tiendra à l'AfricaMuseum de Tervuren

    A cette occasion les actualités de l'ICOM international seront présentées, et en particulier la question de la nouvelle définition des musées. Une large session sera organisée le matin pour débattre de cette question et arrêter une position nationale à ce sujet

    Après la pause de midi, le directeur de l'AfricaMuseum, Guido Gryseels introduira le processus qui a aboutit à la rénovation de l'AfricaMusuem, et le directeur de la direction des publics présentera les actions en relation avec les Buts du Développement Durance (aka SDGs) menés à l'AfricaMuseum. Les participants seront  ensuite répartis en plusieurs groupes pour pouvoir échanger avec les collaborateurs de l'AfricaMuseum sur la scénographie, la gestion des collections, la logistique et le marketing/communication envers les familles.

    Programme:

    10h00 Accueil-café

    10h30 Présentation des actualités internationales et retour de la conférence générale de l'ICOM à Kyoto 2019. Sergio Servellón & Alexandre Chevalier

    10h45 Nouvelle définition des musées. Etat de la question et débat. Olga van Oost

    12h30 Walking lunch

    14h00 Introduction aux problématiques de l'AfricaMuseum. Guido Gryseels, directeur.

    - projet de rénovation

    - décolonisation du musée

    - problématique de la restitution

    14h30 Présentation par le directeur des services au public, Bruno Verbergt

    - Présentation générale et actions menées dans le cadre du Développement Durable (SDG)

    14h45 Discussion et visite thématiques en 4 groupes différents

    - Scénographie : Bruno Verbergt (nl/eng/fr)

    - Gestion des collections et des laboratoires : Siska Genbrugge (nl/eng)

    - Logistique et sécurité: Dirk Verbist (à confirmer) (nl)

    -  Communication/marketing (en particulier envers les familles): Kristien Opstaele (nl/eng)

    15h30 Fin et visite libre

     

    Il n'est plus possible de s'inscrire pour cet évènement

     

    La participation au frais du lunch de midi est de 20€ (ICOM prend les boissons et les pauses en charge). A payer sur le compte de l'ICOM  IBAN BE10 3100 0153 4104 avec la mention "Convention ICOM 2020".

     

    Pour vous mettre à niveau concernant la nouvelle définition proposée:

    https://icom.museum/fr/activites/normes-et-lignes-directrices/definition-du-musee/

    https://especes.org/articles/holdup_musees/

    https://www.latribunedelart.com/inclusif-et-polyphonique-la-nouvelle-definition-du-musee-proposee-par-l-icom

    https://www.theartnewspaper.com/news/what-exactly-is-a-museum-icom-comes-to-blows-over-new-definition

    https://hyperallergic.com/513858/icom-museum-definition

    https://www.museumsassociation.org/museums-journal/news/22082019-rift-over-icom-definition

    https://www.museumsassociation.org/museums-journal/comment/01102019-definition-just-start-of-conversation

    https://faro.be/blogs/olga-van-oost/beslissing-over-nieuwe-icom-museumdefinitie-uitgesteld

    De museumdefinitie van ICOM. Discussie over de houdbaarheid en de toekomst. Verslag van een workshop met Vlaamse museumprofessionals.

  • Du 15 novembre 2018 au 18 novembre 2018

    La Valette, Malte

    26ème conférence annuelle de NEMO

    Les musées sortent de leur coquille! L'impact croisé des musées

    Entrez en contact avec les musées de toute l’Europe lors de la 26ème conférence annuelle de NEMO. Du 15 au 18 novembre 2018, NEMO rassemble des professionnels des musées et de la culture à La Valette, à Malte, pour explorer l’impact croisé des musées.

    Les musées et leurs missions, leurs responsabilités et leurs modes d'engagement au sein de leurs communautés sont en constante transformation en réponse au développement social et économique aux niveaux local, national et mondial.

    Inviter au dialogue, coopérer avec différents secteurs et sortir de leur zone de confort aide les musées à créer de la valeur, non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour d'autres secteurs. Le rôle crucial que jouent les musées dans une société saine et solidaire se reflète également dans l’Année européenne du patrimoine culturel 2018. Construire un avenir meilleur en Europe repose sur un engagement envers notre patrimoine culturel. Les possibilités d’influence que les musées ont à cet égard et le EYCH 2018 lui-même constitueront les thèmes centraux de cette conférence.

    Rejoignez-nous pour aborder ces thèmes et échanger les bonnes pratiques avec des experts des musées de toute l'Europe.

    Les membres des organisations membres du NEMO bénéficient d'une réduction de 20% sur les frais d'inscription à la conférence!

    Pour s'inscrire, c'est ici

  • 8 novembre 2018

    Auditorium Colbert, Galerie Colbert - Paris

    Face aux "risques", comment les musées peuvent-ils améliorer leur organisation ?

    Comment anticiper le risque ou plutôt les risques, car les facteurs sont multiples et s’additionnent : la malveillance sous tous ses aspects, les risques naturels (inondations, séismes...), les risques accidentels (courts-circuits, incendies)… ? Comment sécuriser, élaborer des « plans de prévention » ?

    « Le musée est une institution au service de la société et de son développement qui transmet le patrimoine (...) à des fins d’études, d’éducation et de délectation... »

    Cette belle définition de l’ICOM, ambitieuse et pacifique, n’envisage pas que le musée puisse être aussi une structure fragile, menacée ou menaçante, exposée au risque, à la violence et à l’insécurité.

    Pourtant, nous avons encore tous en mémoire les exemples dramatiques survenus à Bruxelles en 2014, à Tunis en 2015 ou les destructions de sites patrimoniaux tels que Palmyre en 2016/2017 ou les bouddhas de Bâmiyan en 2001...

    Et ce n’est pas un hasard si le rapport de la mission « Musées du XXIe siècle », centré sur l’élargissement des publics, commence néanmoins par la phrase suivante : « Le basculement définitif des musées français dans le XXIe siècle s’est réalisé en 2015, comme une réaction viscérale aux attentats (...) ».

     Le « risque » fait désormais partie du langage quotidien des musées, impacte voire transforme leur organisation et constitue la source de dépenses importantes.

    La sécurité des personnes, comme celle des biens patrimoniaux, interdit désormais la moindre « négligence ». L’incendie dévastateur du Musée national de Rio, il y quelques semaines, a bouleversé des populations désormais privées de leur histoire mais aussi les professionnels du monde entier. Si on n’en connaît pas encore précisément les causes, ce drame constitue pour les autorités et l’opinion publique au Brésil une brutale prise de conscience des failles de la prévention et l’implacable démonstration qu’elle doit prendre une place beaucoup plus décisive dans la gouvernance des musées.

    Comment anticiper le risque ou plutôt les risques, car les facteurs sont multiples et s’additionnent : la malveillance sous tous ses aspects, les risques naturels (inondations, séismes...), les risques accidentels (courts-circuits, incendies)… ? Des organismes internationaux comme le Bouclier Bleu, l’ICCROM ou le comité international pour la sécurité dans les musées (ICMS) au sein de l’ICOM, ont élaboré une typologie des risques et des méthodologies de prévention qui en donnent la mesure.

    Comment sécuriser, élaborer des « plans de prévention » ? La question ne peut sans doute pas s’adresser qu’aux seuls « professionnels » de la sécurité des musées. C’est pourquoi nous proposons d’organiser ce débat, dans le cadre de nos « soirées déontologie » ouvertes à tous les professionnels de musée. ICOM France rassemble plusieurs milliers de membres issus de tous les métiers des musées et à tous les niveaux d’intervention. Face au « risque », chacun est acteur, beaucoup peuvent témoigner d’une ou plusieurs « expériences » et tous sont potentiellement force de proposition.

    La soirée-débat se veut un temps de dialogue entre des témoins qui ont une expertise du risque et des professionnels confrontés à sa menace, notamment ceux qui sont face aux publics.

    Sous l’égide de l’ICOM en lien avec le « Bouclier Bleu », cette table ronde initie un partenariat entre les comités nationaux français de ces organisations. On attend du débat qu’il éclaire la notion même de risque (en amont la prévention, en aval la résilience) et aborde, de manière réaliste, ce qui est « soutenable », à la fois efficace et finançable.

    Il sera aussi l’occasion d’aborder la question des formations proposées dans les cursus, en matière de sécurité des collections, des publics, des personnels, des bâtiments, s’agissant tout autant des risques naturels que des malveillances ou accidents..

     

    Enfin, nous pourrons aborder des aspects concrets : obligations et préconisations contenues dans la loi et dans les codes - dont notre code de déontologie ICOM -, qualifications professionnelles requises, possibilités de mutualisation ou de sous-traitance…

    Venez nombreux participer à ces échanges ouverts à tout public, sur inscription obligatoire.

  • 14 décembre 2017

    Louvain-la-Neuve

    Visite guidée du musée L de Louvain-la-Neuve suivie d'un échange avec la Directrice Anne Querinjean

    Le nouveau musée de l'UCL, le Musee L, ouvrira le 18 novembre 2017 dans un bâtiment exceptionnel, signal architectural de Louvain-la-Neuve, imagine par l'architecte Jacqmain. Apres deux ans et demi de travaux de rénovation, l'UCL ouvrira le tout premier musée universitaire de Belgique de grande envergure et nous offre la primeure d'une visite qui s'annonce passionnante.

    Musée L pour Musée universitaire de Louvain. Ce nom affirme un héritage universitaire vivant et une histoire commune avec la KULeuven. L pour Louvain, pour insister sur la « marque Louvain », emblème de l’UCL depuis 1425. Le L exprime aussi par sa forme en équerre la solidité, l’ancrage et également une grande ouverture en « aile » ; il décloisonne, comme le principe des dialogues entre les œuvres. Deux dimensions nécessaires et complémentaires que l’art dynamise.

    Les collections du musée sont issues des professeurs de l’UCL et d’importantes donations privées. S’y côtoient des œuvres d’art (Rembrandt, Goya, Picasso, Magritte, Alechinsky,…), des spécimens d’histoire naturelle, des objets archéologiques et ethnographiques ou encore des machines et inventions à vocation scientifique.

    Le parcours dans le musée est conçu comme une exploration de ce qui pousse l’homme à inventer. Le visiteur découvre les collections à travers 5 thèmes

    Quant à la scénographie du futur musée, elle a été conçue par l’agence spécialisée Kinkorn (Pays-Bas), qui a, par ailleurs, déjà signé des éléments scénographiques du Musée Catharijne Convent (Utrecht) et du MAS (Anvers). Le mot d’ordre : respect et mise en valeur de l’architecture par la sobriété des mobiliers et mise en lumière de grande qualité. Vitrines, socles et graphisme sont le fruit du travail de la société Potteau, qui est également responsable de la scénographie du Musée royal de l’Afrique centrale dont le chantier est en cours. 

    Pour sa première exposition, le Musée L accueillera l’artiste Barthélémy Toguo (né en 1967, au Cameroun

    Programme de la visite:

    Accueil à l'entree du musee à 13h45
    Accueil par la Directrice, Anne Querinjean, à 14h
    Visite guidée générale d'une durée de 1h15 à 1h30
    Echange de vue avec Anne Quérinjean (15 minutes) vers 15h30

     

  • 20 mars 2017

    Institut Royal du Patrimoine Artistique, Bruxelles

    Assemblée Générale ICOM Belgique Wallonie/Bruxelles

    L'Assemblée Générale ICOM Belgique Wallonie/Bruxelles aura lieu le lundi 20 mars 2017 à l'IRPA (Parc du Cinquantenaire, à Bruxelles. Accès par l'avenue de la Renaissance, en face du numéro 42)

     

    PROGRAMME

    Dès 9h00 : Accueil

    9h30 – 12h30 AG ICOM B W/B

    12h30 – 13h30 Repas sur place pris avec nos collègues d'ICOM-Vlaanderen

    13h30 – 15h30 Visites de certains lieux proposés par nos collègues de l’Institut

    L'inscription ne se fait qu'à l'aide des formulaires reçus par poste. Si vous n'avez rien reçu, veuillez le signaler à admin@icom-wb.museum

    Notez que l'AG d'ICOM Belgique aura lieu le 25 avril. Une convocation particulière vous parviendra ultérieurement.

  • Du 3 juillet 2016 au 9 juillet 2016

    Milan, italie

    24ème Conférence générale d'ICOM

    La 24ème Conférence générale de l'ICOM aura lieu du 3 au 9 juillet 2016 à Milan en Italie, sur le thème: Musées et paysages culturels

    Tous les trois ans, la Conférence générale de l’ICOM réunit la communauté muséale internationale autour d’un thème choisi par les professionnels des musées.

    En invitant leurs collègues du monde entier à la 24e Conférence générale de l’ICOM, le Comité national italien leur propose de réfléchir à un thème cher à la muséologie italienne : le rapport entre musées et paysages culturels. Une question centrale pour l’Italie, qui s’avère une perspective stratégique pour les musées du monde entier en ce troisième millénaire.

    Ce thème constitue à la fois une opportunité et un défi en vue de repenser la mission du musée et de renforcer leur rôle culturel et social.

    ICOM Italie propose d’aborder ce thème selon deux axes principaux :

    Les musées, surtout quand leurs collections sont issues du contexte qui les entoure, n’ont-ils pas le devoir d’assumer aussi la fonction et le rôle de centre d’interprétation pour le territoire et la communauté dont ils sont expression et qu’ils desservent ? 

    De quelle manière, en s’appuyant sur quels moyens, quelles initiatives et propositions les musées peuvent-ils contribuer à iffuser la connaissance du patrimoine culturel présent dans et hors leurs murs?

    Nous pensons que les musées doivent se sentir responsables de leurs collections, mais aussi du patrimoine qui les entoure. Ils doivent se poser en responsable actif de tutelle et agir, grâce à leurs professionnels, sur le territoire où ils s’inscrivent, dans une perspective qu’en Italie a pris le nom de museo diffuso : c’est-à-dire un musée qui s’affranchit de ses limites physiques pour s’étaler au territoire, en élargissant ainsi son action et sa responsabilité à l’ensemble du patrimoine culturel.

    Les musées assument ainsi la responsabilité du paysage culturel et deviennent alors : 

    -dépositaires de sa connaissance, documentée par ses collections, ses travaux de recherche et ses activités scientifiques ;

    - protagonistes de nouvelles investigations sur le patrimoine culturel en tant qu’institution active dans la protection et la conservation des biens présents hors de ses murs aussi ;

    - engagés dans la gestion de ces biens, en développant une nature partagée par beaucoup d’entre eux : celle d’être des musées

    - diffus et des centres d’interprétation du patrimoine local ;

    - responsables de l’éducation au patrimoine et au paysages culturels ;

    - facteurs de la protection et de la conservation du paysage, ainsi que de son développement. Et donc, avec d’autres partenaires

    - aussi de planification urbaine et paysagère et de la promotion du tourisme culturel ;

    - gardiens des valeurs historiques et culturelles du paysage, et agents de son développement durable, car ce dernier les respecte et valorise.

  • 18 mai 2016

    145 pays dans le monde, 35 000 musées

    Journée internationale des musées 2016

    "Musées et paysages culturels", tel est le thème de l'édition 2016 de la Journée Internationale des Musées. Synthèse de nature et d'histoire, un paysage culturel est un territoire en mutation et en constante évolution : il compose avec une identité géologique spécifique et les transformations imposées par le temps et les hommes.

    Chaque année depuis 1977, l’ICOM organise la Journée internationale des musées (JIM), un moment unique pour la communauté internationale des musées. Ce jour-là, les musées qui participent à la célébration de cette journée organisent des manifestations et des activités liées au thème de la Journée internationale des musées, nouent le dialogue avec le public et soulignent ainsi l’importance du rôle des musées en tant qu’institutions au service de la société et de son développement.

    Le thème 2016 « musées et paysages culturels » induit une forme de responsabilité des musées envers les paysages dont ils font partie, auxquels ils peuvent apporter leur contribution sous forme de connaissances et de compétences propres, en étant des protagonistes actifs de sa gestion et de son entretien. La mission principale des musées est de veiller sur le patrimoine, qu’il soit dans ou hors les murs. Leur vocation naturelle est d’élargir leur mission, et de déployer leurs propres activités dans le champ ouvert du patrimoine culturel et du paysage qui les entoure, et dont ils peuvent assumer, à des degrés divers, la responsabilité.  

    À la vision d’un musée engagé essentiellement dans la conservation, l’exposition et la communication de ses propres collections, se substitue une autre, plus respectueuse de la nature d’une institution qui accomplit aussi des recherches et produit, acquiert, élabore et diffuse des connaissances sur le territoire qui l’entoure, et sensibilise les communautés qui y vivent à une autre perception de leur paysage. En assumant des devoirs qui ne se limitent pas à leurs collections, ils sont aussi encouragés à élargir, valoriser, et accroître leurs collections et leur patrimoine de connaissances et de compétences. 

    Mettre en lumière le lien existant entre musées et patrimoine culturel, c’est faire émerger l’idée de musées comme centres territoriaux d’une protection active du paysage culturel.  

    Responsable du paysage qui l’entoure, le musée compte également parmi ses missions la protection et la conservation du patrimoine environnemental, afin de promouvoir le développement respectueux de ses caractères identitaires, de concert et en collaboration avec toutes les entités – publiques et privées – qui à divers titres sont porteuses d’intérêts à son égard. Un musée responsable du paysage assume, dans le même temps, son rôle de centre d’interprétation du patrimoine et du territoire, en promouvant sa connaissance et en sensibilisant ses habitants et ceux qui le visitent à ses valeurs constitutives, en sollicitant leur intervention dans sa conservation, sa promotion et son enrichissement.  

    Le paysage, par nature, est en constante évolution, et ne saurait être figé ou muséifié. Le protéger et le conserver revient à empêcher que ses transformations n’aient pas pour conséquence d’annihiler, de défigurer ou de dégrader ses caractères identitaires. Les musées peuvent ainsi apporter une contribution significative à une administration du territoire qui soit respectueuse des valeurs du paysage, sous la forme de connaissances sur le territoire, le patrimoine et le paysage ; grâce aux activités de protection, de conservation, d’interprétation du patrimoine culturel menées à l’intérieur et à l’extérieur de leurs murs ; par voie de participation active aux politiques publiques et urbaines, et de définition et de mise en œuvre de politiques paysagères. 

  • Du 18 mai 2016 au 27 août 2016

    Bruxelles

    100 Masters : 100 chefs-d'œuvre des Musées bruxellois

    Durant 100 jours, 100 chefs-d'œuvre dans pas moins de 41 musées seront mis à l'honneur via une programmation exclusive invitant à découvrir ou redécouvrir la splendeur du patrimoine belge à Bruxelles : parcours familles, visites guidées, ateliers, et une foule d'autres activités originales.

    Du 18/05/2016 au 27/08/2016, le Conseil bruxellois des Musées organise en collaboration avec les
    musées bruxellois une ambitieuse campagne de promotion de leurs collections permanentes.
    Durant 100 jours, ce sont 100 chefs-d’oeuvre dans pas moins de 41 musées qui seront ainsi mis à
    l’honneur via une programmation exclusive invitant à découvrir ou redécouvrir la splendeur du
    patrimoine belge à Bruxelles : parcours familles, visites guidées, ateliers, et une foule d’autres activités
    originales.

    La campagne vise un public large, national et international, qu’il soit ou non amateur de musées.
    L’objectif de cette campagne est de faire prendre conscience au public de la diversité et de la
    richesse des musées bruxellois, et de l’encourager à aller voir ces 100 chefs-d’oeuvre, et plus
    encore, dans les 107 musées bruxellois.


    Les musées investissent beaucoup de temps, d’argent et de main-d’oeuvre dans l’organisation
    d’expositions temporaires. Résultat : les oeuvres précieuses et uniques de leurs collections permanentes
    ne reçoivent pas l’attention qu’elles méritent. « 100 Masters » compte y remédier.


    La campagne « 100 Masters » est unique : jamais auparavant et nulle part dans le monde une telle
    campagne commune n’a été lancée pour les collections permanentes de tant de musées
    différents (d’art, mais aussi de sciences et de techniques, d’histoire, d’architecture, …) ; et aussi par
    son concept créatif original… Celui-ci sera dévoilé le 18/05/2016, patience

  • Du 6 avril 2016 au 9 avril 2016

    Tolosa and San Sebastian, Spain

    The European Museum of the Year Award

    The European Museum Forum (EMF) organise son assemblée générale annuelles à Tolosa et San Sebastian en Espagne du 6 au 9 avril 2016. Il y décernera le Prix Européen du Musée (aka "European Museum of the Year Award" - EMYA)

    Il y a 49 candidatures retenues de 24 pays membres du Conseil de l'Europe dont la liste peut être visualisée à: http://www.europeanmuseumforum.info/emya/emya-2016.html

     

    Sont en liste pour la Belgique

    Gaasbeek Castle, Gaasbeek (Lennik)

    Jenevermuseum, Hasselt

    Royal Belgian Institute of Natural Sciences, Bruxelles

    Texture Museum of Flax and River Lys, Kortrijk

     

    Que le meilleur gagne :-) !

Agenda

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche

30

1

    2

      3

      • Autres évènements
        Lancement de la plateforme Behind The Museum !

      4

        5

          6

            7

              8

                9

                  10

                    11

                      12

                        13

                          14

                            15

                              16

                                17

                                  18

                                    19

                                      20

                                        21

                                          22

                                            23

                                              24

                                                25

                                                  26

                                                    27

                                                      28

                                                        29

                                                          30

                                                            31

                                                              1

                                                              2

                                                              3